cbd for endometriosis
14 min.

Update:

On pourrait aussi bien l’appeler le composé miracle du cannabis. Le CBD a été salué par les consommateurs et les chercheurs1 en raison de son usage polyvalent lorsqu’il s’agit de traiter différentes pathologies. Son application est particulièrement populaire pour les affections pour lesquelles un remède ou une cause n’a pas encore été découvert, comme l’endométriose. CBD est l’acronyme de Cannabidiol. C’est un composé que l’on trouve dans le chanvre et le cannabis et qui n’a pas les effets psychoactifs et de dépendance associés aux autres composés du cannabis comme le Tétrahydrocannabinol (THC). Pour cette raison, les produits dérivés du chanvre sont vendus et utilisés légalement dans de nombreux pays du monde.

L’application étendue du CBD dans le contexte médical a fait l’objet d’études approfondies et, à ce jour, il existe de nombreuses preuves médicales concernant ses propriétés curatives.

Il possède de fortes propriétés anti-inflammatoires ((Nagarkatti, P., Pandey, R., Rieder, S., Hegde, V. et Nagarkatti, M. (2009). Cannabinoids as novel anti-inflammatory drugs. Future Medicinal Chemistry, 1(7), p.1333-1349)), et analgésiques2, ainsi que la capacité d’influencer positivement la chimie du cerveau, permettant ainsi de traiter efficacement la dépression3, l’anxiété4, l’irritation et le stress.

Ainsi, le CBD est utilisé pour traiter les conditions telles que :

CBD pour traiter l’endométriose

D’autres recherches indiquent que les cannabinoïdes du cannabis ont une influence directe sur l’endométriose. Il a été constaté que les cannabinoïdes sont en charge de :

  • Stopper la prolifération cellulaire
  • Prévenir la migration cellulaire
  • Réduire l’inflammation
  • Calmer et réduire la douleur

Qu’est-ce que l’endométriose ?

L’endométriose est une maladie qui ne touche que les femmes. Elle est associée au tissu de l’endomètre – le tissu qui tapisse l’utérus – et à sa croissance inhabituelle à l’extérieur de l’utérus. Une fois qu’il commence à se développer au « mauvais endroit », le tissu endométrial peut se développer davantage sur les trompes de Fallope, les ovaires et d’autres parties de l’abdomen. Il peut parfois ne pas être diagnostiqué pendant longtemps, car certains des symptômes peuvent être facilement rejetés comme étant simplement des crampes menstruelles plus sévères et un inconfort.

D’autres symptômes de l’endométriose incluent :

  • Rapports sexuels douloureux
  • Miction douloureuse ou selles douloureuses
  • Douleurs chroniques au bas du dos, abdominales ou pelviennes
  • Diarrhée, constipation ou nausée
  • Infertilité ou difficulté à tomber enceinte

Cependant, il est rare que tous les symptômes soient présents en même temps, c’est pourquoi de nombreuses femmes peuvent ne pas savoir qu’elles en souffrent.

La maladie n’est pas mortelle. Néanmoins, elle cause des dommages physiques et psychologiques. Elle est fortement associée à de fortes douleurs et malaises, car elle répond à la fois aux hormones présentes dans le corps d’une femme et à l’utérus seul. Comme pour les menstruations, les tissus de l’endomètre s’accumulent tous les mois, suivis d’une rupture et d’une desquamation. Toutefois, le problème survient lorsque le tissu tissulaire n’est pas éliminé de façon appropriée par l’organisme. Les tissus piégés s’enflamment fréquemment et peuvent causer des cicatrices internes pendant que le corps essaie d’absorber la substance « non rincé ». De plus,  l’anxiété et la dépression5 ont déjà été rapportés à cause de la maladie.

Qu’est-ce qui cause l’endométriose ?

La cause exacte de cette maladie reste inconnue. Il existe cependant quelques théories sur ce qui pourrait contribuer à son développement.

Une des théories les plus largement acceptées vient de la revue d’obstétrique et de gynécologie6 et suggère que l’endométriose se produit en raison d’un phénomène appelé « menstruation rétrograde ». En termes simples, cela signifie que le sang menstruel coule vers l’arrière, transportant le tissu endométrial à travers les trompes de Fallope dans la cavité péritonéale.

Une fois que les tissus ont été transportés vers les zones abdominales, ils agissent de façon très similaire aux cellules cancéreuses, car ils se développent et se multiplient sans que le système immunitaire du corps ne s’en aperçoive. Au fur et à mesure que l’endomètre se développe, il change lentement d’environnement pour devenir plus hospitalier en recrutant des veines sanguines pour l’apport en nutriments et en créant de nouvelles terminaisons nerveuses, ce qui augmente la perception de la douleur. Ces derniers contribuent plus tard à la douleur chronique sévère associée à l’endométriose. Une autre des spécificités de l’endomètre est qu’il peut se transporter vers d’autres tissus, se propageant ainsi rapidement.

Traitement conventionnel


Les analgésiques masquent habituellement la douleur et l’anti-inflammatoire permet de contenir la zone affectée pendant un certain temps. Ils sont notamment utilisés contre les douleurs chroniques. L’utilisation fréquente de ces analgésiques peut entraîner une dépendance ou augmenter la probabilité de crises cardiaques. 7
Cette méthode peut être un moyen efficace de réduire les symptômes de l’endométriose. Cette méthode ne convient toutefois qu’aux femmes qui ne planifient pas de grossesse. D’autres effets secondaires de l’hormonothérapie ont été décrits comme un gain de poids, une dépression ou des saignements vaginaux irréguliers.
Le recours à la chirurgie peut être très coûteux. Malgré un taux de réussite élevé, dans 50 % des cas, les résultats ne sont que temporaires et il arrive que les symptômes de l’endométriose apparaissent à nouveau dans l’année qui a suivi l’intervention. 8

Le CBD est-il un soulagement possible des douleurs de l’endométriose ?

Par rapport aux traitements conventionnels, le CBD de cannabis se distingue comme une alternative naturelle et le plus souvent sans effets secondaires pour traiter cette maladie.

Soutenu par des preuves médicales, le CBD peut en fait avoir un impact direct sur la fonctionnalité de l’appareil reproducteur féminin,9 en raison de sa relation étroite avec le système endocannabinoïde.

Le CBD peut être une aide puissante dans le traitement de l’endométriose, non seulement en raison de ses propriétés anti-inflammatoires10 et analgésiques, mais aussi parce qu’il a la capacité d’affecter le développement du tissu de l’endomètre de plusieurs façons.

Les cannabinoïdes peuvent stopper la multiplication cellulaire

Un corps sain possède plusieurs mécanismes de défense sous forme de réactions immunitaires11 qui protègent l’organisme de toute substance étrangère, micro organismes et toxines.  L’apoptose12 est la façon dont le corps induit la mort cellulaire « programmée » lorsqu’il remarque des cellules endommagées, ce qui peut constituer une menace pour l’ensemble du système.  Il existe cependant des preuves13 que les femmes souffrant d’endométriose ont des fonctions apoptotiques altérées, ce qui permet la propagation facile du tissu de l’endomètre.

Une étude14 montre que le CBD a une influence directe sur la vie des cellules, ainsi que sur la propagation des cellules défectueuses.

Par ailleurs, une autre étude15 chez la souris suggère que les cannabinoïdes de cannabis représentent une approche thérapeutique prometteuse dans le traitement de l’endométriose.

CBD et prévention de la migration cellulaire

Il a été conclu que la migration cellulaire dans le corps est directement influencée par les récepteurs CB1 et CB2 cannabinoïdes. Des études16 montrent que le CBD, en tant que cannabinoïde, a la capacité d’influencer et même, dans certains cas, d’arrêter la migration des cellules endométriales.

Le CBD réduit la douleur

La douleur intense est l’un des symptômes les plus courants de l’endométriose. Comme nous l’avons déjà mentionné, la prise prolongée d’analgésiques peut avoir des effets secondaires nocifs à long terme. Par conséquent, le CBD qui agit sur le système endocannabinoïde pour soulager les douleurs de l’endométriose peut être une solution plus adéquate, car il a été prouvé17 qu’il réduit divers types de douleur.

Comment utiliser l’huile de CBD ?

Comme l’endométriose affecte les zones internes du corps, l’huile de CBD par utilisation sublinguale est recommandée. Cette méthode consiste à prendre l’huile de CBD sous la langue et se fait à l’aide d’un compte-gouttes. Il s’agit de la deuxième méthode la plus rapide après l’inhalation. Les effets du CBD se font généralement sentir après 30 à 60 minutes. Le goût du CBD est plutôt terreux. Si prendre l’huile par voie sublinguale ne vous convient pas, il existe d’autres façons d’utiliser le CBD.

Article associé : Comment utiliser le CBD ?

Le bon dosage de CBD pour l’endométriose dépendra de la gravité de vos symptômes, ainsi que de la façon dont votre corps réagit à l’huile. Il est habituellement recommandé de commencer petit à petit avec le dosage comme décrit dans le livre CBD: A Patient’s Guide to Medicinal Cannabis par L. Leinow18. Le CBD peut être un soulagement adéquat de l’endométriose, mais vous devez écouter votre corps et déterminer un dosage adapté à vos besoins.

Article associé : Dosage du CBD – Quelle quantité de CBD utiliser?

Conclusion

Même si elle ne met pas la vie en danger, l’endométriose peut avoir de graves répercussions sur la qualité de vie d’une femme. Tous les traitements conventionnels actuellement disponibles sont accompagnées d’effets secondaires nocifs. Le cannabis médical, sous forme d’huile de CBD en combinaison avec une alimentation saine et régulée, peut être une alternative aux traitements conventionnels.

Références

  1. Lynch, M. et Campbell, F. (2011). Cannabinoids for treatment of chronic non-cancer pain ; a systematic review of randomized trials. British Journal of Clinical Pharmacology, 72(5), pp.735-744. []
  2. Lynch, M. et Campbell, F. (2011).Cannabinoids for treatment of chronic non-cancer pain; a systematic review of randomized trials. British Journal of Clinical Pharmacology, 72(5), pp.735-744. []
  3. Linge, R., Jiménez-Sánchez, L., Campa, L., Pilar-Cuéllar, F., Vidal, R., Pazos, A., Adell, A. et Díaz, Á. (2016). Cannabidiol induces rapid-acting antidepressant-like effects and enhances cortical 5-HT/glutamate neurotransmission: role of 5-HT1A receptors. Neuropharmacology, 103, pp.16-26. []
  4. Zieba, J., Sinclair, D., Sebree, T., Bonn-Miller, M., Gutterman, D., Siegel, S. et Karl, T. (2019). Cannabidiol (CBD) reduces anxiety-related behavior in mice via an FMRP-independent mechanism. Pharmacology Biochemistry and Behavior, 181, pp.93-100. []
  5. Laganà, A., La Rosa, V., Rapisarda, A., Valenti, G., Sapia, F., Chiofalo, B., Rossetti, D., Ban Frangež, H., Vrtačnik Bokal, E. and Giovanni Vitale, S. (2017). Anxiety and depression in patients with endometriosis: impact and management challengesInternational Journal of Women’s Health, Volume 9, pp.323-330. []
  6. Halme, J., Hammond, M., Hulka, J., Raj, S. and Talbert, L. (1984). Retrograde menstruation in healthy women and in patients with endometriosisObstetrics and gynecology journal, 64(2), pp.151-4. []
  7. DrugAbuse.com. (2019). Painkiller Effects | Short Term, Long Term & Side Effects. [online] []
  8. Vercellini, P., Crosignani, P., Abbiati, A., Somigliana, E., Viganò, P. and Fedele, L. (2009). The effect of surgery for symptomatic endometriosis: the other side of the story. Human Reproduction Update, 15(2), pp.177-188. []
  9. Di Blasio, A., Vignali, M. and Gentilini, D. (2012). The endocannabinoid pathway and the female reproductive organsJournal of Molecular Endocrinology, 50(1), pp.R1-R9. []
  10. Xiong, W., Cui, T., Cheng, K., Yang, F., Chen, S., Willenbring, D., Guan, Y., Pan, H., Ren, K., Xu, Y. and Zhang, L. (2012). Cannabinoids suppress inflammatory and neuropathic pain by targeting α3 glycine receptorsThe Journal of Experimental Medicine, 209(6), pp.1121-1134. []
  11. Institute of Medicine (US) Committee on Military Nutrition Research. Military Strategies for Sustainment of Nutrition and Immune Function in the Field. Washington (DC): National Academies Press (US); (1999). Overview of the Immune System and Other Host Defense Mechanisms. []
  12. Elmore, S. (2007). Apoptosis: A Review of Programmed Cell Death. Toxicologic Pathology, 35(4), pp.495-516. []
  13. Gebel, H., Braun, D., Tambur, A., Frame, D., Rana, N. and Dmowski, W. (1998). Spontaneous Apoptosis of Endometrial Tissue is Impaired in Women with EndometriosisFertility and Sterility, 69(6), pp.1042-1047. []
  14. Guzmán, M., Sánchez, C. and Galve-Roperh, I. (2002). Cannabinoids and cell fate. Pharmacology & Therapeutics, 95(2), pp.175-184. []
  15. Leconte, M., Nicco, C., Ngô, C., Arkwright, S., Chéreau, C., Guibourdenche, J., Weill, B., Chapron, C., Dousset, B. and Batteux, F. (2010). Antiproliferative Effects of Cannabinoid Agonists on Deep Infiltrating Endometriosis. The American Journal of Pathology, 177(6), pp.2963-2970. []
  16. McHugh, D., Page, J., Dunn, E. and Bradshaw, H. (2012). Δ9-Tetrahydrocannabinol and N-arachidonyl glycine are full agonists at GPR18 receptors and induce migration in human endometrial HEC-1B cells. British Journal of Pharmacology, 165(8), pp.2414-2424. []
  17. Fine, P. and Rosenfeld, M. (2013). The Endocannabinoid System, Cannabinoids, and Pain. Rambam Maimonides Medical Journal, 4(4). []
  18. Leinow,, L. and Birnbaum, J. (2017). CBD: A Patient’s Guide to Medicinal Cannabis. North Atlantic Books. []

Rejoignez des utilisateurs du CBD sur Facebook !
Vous souhaitez bénéficier de l'expérience d'autres utilisateurs du CBD ? Vous avez des questions sur le CBD ? Il existe un groupe facebook actif sur le CBD.

A Propos de l'Auteur

Alyssha Bal

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *